Paul Kodjo à Paris

Paul Kodjo à Paris

Paul Kodjo à Paris

Le photographe ivoirien Paul Kodjo sera à l’honneur, demain au Musée Branly de Paris qui vient d’acquérir 34 tirages de ses photos.

Cette reconnaissance est l’aboutissement du travail d’un autre photographe ivoirien Ananias Léki Dago.

Paul Kodjo à Paris

Sur l’avenue de la Bourdonnais, Paris 7e
Christine Barthe, Esther Kodjo et Paul Kodjo. Photo: Ananias Léki Dago

En fait, la rencontre de demain reviendra sur l’histoire de cette acquisition, faite par l’intermédiaire d’un autre photographe ivoirien, Ananias Léki Dago, auquel Paul Kodjo a confié la restauration de quelque 30 000 négatifs abimés (projet mené à bien grâce au soutien du Goethe Institut d’Abidjan) et proposera ensuite une discussion autour de l’œuvre photographique de Paul Kodjo.

Avec les photographes ivoiriens Paul Kodjo et Ananias Léki Dago, et Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale Photographies au musée du quai Branly.

« Après une formation en photographie, Paul Kodjo (né en 1939) devient correspondant en France du quotidien ivoirien Fraternité-Matin, de 1967 à 1970. À son retour en Afrique, il pratique la photographie en Côte d’Ivoire au cours des années 1970, avant d’enseigner à partir de 1975 à l’Institut National des Arts d’Abidjan. Il se tourne ensuite vers la réalisation cinématographique.
Dans les années 2000, le jeune photographe ivoirien Ananias Léki Dago s’intéresse à sa production et tente de sauvegarder les négatifs restant de la production de son aîné. Il monte un projet financé par le Goethe Institut d’Abidjan et mène à bien le reconditionnement de l’ensemble. Il est depuis engagé dans un projet de promotion de l’oeuvre de Paul Kodjo.
L’ensemble acquis par le musée du quai Branly – Jacques Chirac se compose essentiellement de photographies pour des romans photos des années 1970. Ces photographies révèlent le regard cinématographique de Paul Kodjo, ainsi que son talent de portraitiste et de metteur en scène. La photographie de Paul Kodjo se démarque des photographes [de studio] par sa pratique de la mise en scène dans l’espace urbain. Cet ensemble comporte aussi des photographies de soirées à Abidjan et d’actualité des années 1970. »

Post a Comment