L’hommage d’Herman Aboa à Lassiné Fofana

Lassiné Fofana

L’hommage d’Herman Aboa à Lassiné Fofana

Cher aîné, mes respects !
« LE DEBAT ». La RTI semble avoir remis en marche les débats contradictoires. Tous ceux ayant pris plaisir à suive ce mardi 04 décembre cette émission sur « le rôle des partis politiques dans la gestion de l’Etat » ont bien fait de rapporter la prestation « in » ou « out » de chacun des participants. Ils ont tout de même manquer de relever la prestation de notre cher aîné Lassiné Fofana. Qui a mené – de voix et mains de maître – ce debat.

Permettez-moi, chers, de relever quelques qualités de ce monsieur, souvent incompris. Mais dont le talent avéré contraint tous à accepter l’évidence : Lassiné Fofana est un des meilleurs de l’histoire de la télévision en Côte d’Ivoire et bien plus, un des rares journalistes purement professionnels. Hommages.

Lui et moi, je ne saurais clairement qualifier nos rapports. A l’apparence très amicaux. Mais dans le fond, quelque peu conflictuels. Conflits de génération ? J’avoue. Maintes fois, j’ai été un de ses pourfendeurs lors d’échanges entre collègues de même génération. Je sais bien que tout cela parvenait à ses oreilles.

Et je crois que lui aussi témoignera un jour qu’il me portait pas pleinement dans son coeur. J’aimais me mesurer aux aînés qui ont acquis leur renommée dans l’exercice du métier notamment celui dans la sphère audiovisuelle. Télé et radio, ces médias chauds Je ne le faisais pas méchamment. Juste l’envie de chasse du lionceau. Pas toujours acceptée ou comprise par les lions.

Très tôt je me suis collé à Marie-Laure Digbeu dont j’affectionnais le style d’écriture de ses leads (lancements). J’appreciais les JT présentés par Awa Ehoura qui faisait montre d’une aisance sans pareil. Ainsi, je scrutais les tournures des questions lors des débats de Lassiné Fofana. Ils me trouvaient tous pétri de talents mais un peu trop pressé à leur sens. Sur ce point, je dois reconnaître qu’ils n’avaient pas forcément tort.

Lassiné Fofana (C’est à lui que je consacre ces lignes d’hommage) lui ne manquait aucune occasion de me le répéter. Je ne l’ai pas souvent écouté. J’aurais dû ? Lassiné Fofana peut être aujourd’hui accusé de rouler pour un parti politique et demain être rejeté par les militants de ce même parti l’accusant à leur tour de travailler pour un autre. Mais les pontes de ces partis étaient toutes unanimes sur une chose : le professionnalisme de Lassiné Fofana.

Charles Blé Goudé lui le préférait comme journaliste attitré pour les interviews qu’il accordait. A tout instant. « Il pose les vraies questions », temoignait-il. Je suis d’ailleurs convaincu que les hommes politiques de la Côte d’Ivoire rêvent tous de se faire interroger un jour par ce journaliste. Je savais au fonds de moi que cet aîné n’avait que le goût du travail bien fait comme leitmotiv.

Préparant un plateau, Lassiné Fofana passera des heures et des heures dans son bureau à tourner et retourner les feuilles, cogitant sur les questions essentielles à poser, se mettant dans la tête du téléspectateur… Confrontant resultats de recherches online à sa propre culture sur le sujet à débattre.

Bref ! Je crois qu’il s’apprête surtout à maîtriser le mieux possible chacun des prochains invités sur son plateau… scrutant les répliques habituelles de ceux ci. « Il ne faut jamais laisser l’invité prendre le dessus sur toi le présentateur, animateur ou modérateur », nous confiait-il. Lassiné Fofana est une source à laquelle doivent s’abreuver les nouvelles et futures générations pour donner ses lettres de noblesse à la télé en Côte d’Ivoire. En termes de contenus. Mes respects cher aîné !

Post a Comment